lundi 28 juillet 2014

Kristen Stewart: Nouvelles photos d'elle et de Nicholas Hoult au Japon (28/07/14)

Kristen est arrivée au Japon il y a quelques jours pour le tournage d'Equals avec Nicholas Hoult.

Elle et Nicholas ont profité de leur soirée pour aller découvrir les mystères du Japon. Il semblerait qu'ils soient allés dans un restaurant de robots... On est bien au Japon!


imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com image host

image host

Robert Pattinson: Nouvelles photos au festival de Cannes

The Rover Photocall
(détagguées)


imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com imagebam.com

The Rover photocall
(Tagguées)


imagebam.com imagebam.com imagebam.com


Robert Pattinson: Nouvelle interview avec The Vent

image host

(Traduction par nos soins)


Q: Comment est-ce que ça va?
"Le soir, j'oublie toujours que j'ai des interviews le lendemain donc je sors toute la nuit. (rires) C'est horrible!"

Q: Comment c'était de tourner dans l'Australie rurale?
"Pour moi, c'était vraiment sympa. Il y avait quelque chose de relaxant. J'ai adoré tourner à l'extérieur. Il n'y avait aucune pression, et personne autour."

Q: C'était un soulagement d'être loin des gens?
"Oui, rien qu'en terme de performance. J'aime faire des petites choses avant une prise, comme me mettre dans la peau du personnage, et si vous avez des gens qui essaient de vous prendre en photo en train de faire des mimiques stupides, alors vous y pensez sans arrêt et vous n'arrivez pas vraiment à entrer dans le personnage comme vous le voudriez. Là-bas, vous pouvez faire ce que vous voulez. Ils peuvent penser que vous êtes bizarres, que ce mec fait tous ces trucs bizarres (rires), mais c'est libérateur."

Q: Cela vous-a-t'il plu de jouer un personnage moins beau?
"Oui, enfin je veux dire,  ça éloigne les contraintes. Si quelque te dit "Tu dois être joli". Déjà tu te sens un peu idiot parce que tu es un mec, et ensuite tu réfléchis à des choses qui n'ont pas réellement de sens - tu veux juste poser comme un modèle. Aussi tôt que l'on t'enlève cette obligation, pour ta  propre vanité, c'est un soulagement."

Q: Comment déchireriez-vous les thèmes de The Rover?
"Je pense que c'est l'histoire de survivants. Je pense que ce sont des personnages simples dans des circonstances extraordinaires. Ils essaient de trouver comment vivre alors qu'il semble n'y avoir plus aucun espoir. Il semblerait qu'il n'y ait rien à faire le lendemain, donc qu'est-ce que vous devez faire de votre journée? Même le groupe dans lequel mon personnage est , ils volent de l'argent et il n'y a rien à acheter, du tout (rires). Eric (Guy Pearce) dit "ça ne vaut rien, ce n'est que du papier". C'est vraiment difficile de savoir pourquoi container à vivre si tout semble inutile, et pourtant les personnes continuent de vivre."

Q: Etes-vous heureux de l'endroit où vous vous trouvez dans votre carrière?
"Bien sûr. Je suis vraiment heureux que ces deux films soient allés à Cannes, c'est exactement ce que je voulais. Je suis vraiment heureux avec ces deux films. mais c'est sympa - J'ai pu travailler avec des gens avec qui je voulais travailler depuis des années, et j'ai vraiment été chanceux l'année dernière avec tous ces trucs cools."

Q: Qu'est ce qu'il se passe avec Life?
"Je ne sais pas quand ce sera fini. Je viens de voir le trailer qu'ils m'ont montré. A part ça, je n'ai rien vu d'autre. C'était très sympa à faire, et Anton (Corbijn) est vraiment cool. C'est à propos des célèbres photos de James Dean à Times Square; C'est à propos de  la relation entre James Dean et le photographe. Joel Edgerton est dans le film également, bizarrement parce qu'il est co-écrivain sur The Rover, et Ben kingsley aussi. C'est cool. C'est intéressant de faire un film sur la photographie avec Anton corbijn, un maître dans la photographie. Il m'a un peu appris à prendre des photos avec un vieil appareil Leica. Elles ne sont pas très bonnes. Je pensais qu'elles seraient absolument géniales. Je les ai développées à la fin du film. J'avais 25 pellicules et sur quatre d'entre elles je n'avais pas réalisé que je devais sortir l'objectif (rires), donc elles sont toutes blanches. C'était un film sympa à faire."

Q: Les gens vous appellent le nouveau James Dean. Et là, vous faîtes un film à propose de james Dean mais vous ne le jouez pas. Vous n'étiez pas intéressé par ce rôle?
"Non, pas vraiment. Dane (DeHaan) est vraiment courageux de l'avoir fait. C'est l'un des rôles les plus difficiles. Essayer de jouer une icône. Dane a dû porter une perruque, de faux lobes d'oreilles, et des lentilles de contact, le gros truc. Et les manières de James Dean sont très reconnaissables donc tu dois jouer le rôle à fond et l'imiter. C'est comme jouer Harry Potter - tout le monde a des attentes- alors que je ne suis que l'observateur."

Q: Est-ce que vous appréciez de voyager?
"J'ai toujours aimé ça: Trois mois ici et ensuite tu repars, tu n'as aucune responsabilité. J'ai eu une maison pendant un moment, et puis je l'ai vendue récemment. Tu n'es jamais là, ce sont des tracas supplémentaires. A mois d'avoir des enfants, c'est sympa d'expérimenter les voyages. J'ai réalisé que je n'étais pas partie nulle part, pour autre chose que le boulot, pendant 10 ans - pas de vacances ni rien. Tu n'en as pas vraiment besoin. A la fin d'un rôle, je suis déjà à la recherche du suivant, mais je vis à LA donc c'est un peu comme si j'étais en vacances tout le temps.(rires)"

Q: Quand vous avez du temps pour vous, que faîtes-vous?
"Quand je ne travaille pas, j'essaie de trouver un autre rôle (rires) constamment. Tu commences à réaliser qu'il y a un temps limité pour que les choses soient faites, et il y a différentes choses que je veux faire et j'aime vraiment beaucoup travaillé, plus que tout autre chose dans ma vie. Mon boulot est mon hobby."

Q: Est-ce que vous écrivez encore des chansons? Quelle est votre manière de procéder?
"Oui. J'ai recommencé récemment. Généralement, je fais des choses qui sonnent bien. Je n'aime pas écrire des chanson d'une manière conventionnelle. Je n'écris pas des paroles de manière séparée, c'est instinctif."

Q: Est-ce que vous avez l'intention de sortir de la musique au public?
"Ca ne me dérangerait pas de faire des albums ou autre, mais je suis assez sensible à la critique, et j'ai reçu beaucoup de critiques pour cet aspect de ma vie (rire) donc je ne veux pas vraiment connaitre l'avis des autres à ce propos."

Q: As-tu apprécié de travailler avec Guy pour ce film?
"Oui, c'était génial. Parce que toute l'équipe restait au même endroit et il n'y avait rien d'autre à faire, nous vivions dans un pub (rires). C'es ennuyeux , si vous êtes dans une ville peu familière et que tous les gens avec qui vous travaillez sont de cette ville, ils rentrent à la maison donc tu es bloqué dans ton hôtel. Quand tu traines avec un groupe de nouvelles personnes, tu te rapproches d'eux très rapidement, surtout quand il n'y a rien d'autre à faire. C'est vraiment sympa. Je n'avais pas fait ça depuis un long moment. J'ai eu une expérience fantastique à faire ce film."

Q: Certains acteurs qui ont commencé très jeunes vont sur différents chemins. Comprenez-vous ceci?
"Je n'ai jamais été jeune-jeune. J'ai eu mon premier rôle à 16 ans. Beaucoup de gens n'avaient que 3 ans ou autre. Je n'avais pas réalisé que je voulais faire ça 4 ou 5 ans après, je n'avais pas pris les choses sérieusement. Quand j'avais des rôles, je pense que j'ai commencé à prendre ça sérieusement, mais je pensais qu'un jour j'irai à l'université ou autre. C'est un processus graduel."

Q: Quand avez-vous commencé à vouloir faire ce métier?
"Probablement après Harry Potter, parce que c'est à cette période que j'aurais pu aller à l'université et j'ai pris la décision de réellement me lancer dans ma carrière d'acteur, et puis je n'ai décroché aucun rôle pendant un an. (rires) "

Q: Qu'auriez-vous étudié?
"Je pense que je voulais étudier la politique, ou quelque chose comme ça. Je le veux toujours, comme le veulent les acteurs. Mais la politique américaine, je ne suis pas très intéressé par la politique anglaise. (rires)"

Q: Y-a-t'il autre chose que vous aimeriez poursuivre?
"Probablement pas maintenant. Je ne voulais pas être politicien. Je voulais travailler dans la mécanique. J'ai écrire des speechs. Bizarrement, je suis apolitique. J'aime le jeu."

Q: Diriez-vous que le film a une connotation politique? L'histoire se passe après une crise économique...
"oui, je pense qu'il y a définitivement un message qui ressort du film. Il y avait des manifestations physiques étranges lorsque nous tournions. Si tu regardes certaines scènes, il y a ces énormes mines bizarres, dans lesquelles ils creusent toujours, mais elles ont dévasté le paysage. Tu te tiens là, et regardes et il n'y a plus aucune vie sauvage - rien ne va être capable de pousser pendant des centaines d'années. Ant ce n'es pas juste une partie de terrain: Tout est absolument détruit, même si on n'en a pas l'impression. tu penses " Pour quoi faire? "- comme cela on peut s'asseoir et jouer aux jeux vidéos."

Q: Comment réagissez-vous au fait d'apparaitre très fréquemment dans les tabloids?
"Je ne les lis pas. Je pense  que j'essaie doucement de faire de mon mieux pour sortir de tous ces médias, de ne pas être dans les magazines de gossips et autres. Je ne sais pas comment faire, mais je fais de mon mieux."

Q: Maps to the Stars marche bien à Cannes. Est-ce un soulagement après Cosmopolis?
"Je pense que Cosmopolis a vraiment été sous-estimé. Je pense que c'est un très bon film (rires). J'ai adoré ça. Je ferai n'importe quoi avec David Cronenberg. Je me souviens du moment où Cosmopolis est sorti, c'était la première fois que j'étais dans un film où, si quelqu'un disait qu'il ne l'avait pas aimé, c'est parce qu'il était un idiot (rires). J'ai un ressenti fort à propos de ce film."

Q: Vous avez un tatouage. C'était pour le film.. 
"C'est une sculpture d'un artiste qui s'appelle Julien Dillens. J'ai juste pensé que ça irait bien avec le personnage."


Via


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...